Saint-Omer- les 8e RI - 208e RI - le 7e RIT

21 mars 2019

Caporal André Penin 8e RI

Caporal André Penin 8e RI

 

Né à Cuinchy et de la classe 1915, André rejoint le 8e RI dans le secteur des Eparges.

Un mois plus tard ; il est en ligne au tristement célèbre bois d’Ailly avant d’être dirigé vers le front de l’Aisne.

En 1916, il participe à la bataille de Verdun à Haudromont puis à Souville ainsi qu’à la bataille de la Somme à la ferme du Priez et Sailly-Saillissel.

Penin André b

Après cette terrible année, 1917 l’amène dans le secteur de Beauséjour aujourd’hui camp militaire de Suippes où il se distingue en réparant des lignes téléphoniques sous un fort bombardement.

Sur l’Aisne à Craonne le 16 avril 1917, il part vers le front des Flandres avec les galons de caporal et se voit attribuer une 2e citation.

1918, toujours aussi volontaire, André obtient une 3e citation après une nouvelle fois avoir réparé les lignes téléphoniques sous un bombardement.

L’armistice du 11 novembre lui permet enfin d’envisager une nouvelle vie après plus de 4 ans de front mais il doit partir en occupation en Allemagne.

Libéré en août 1919, il s’installe à Labuissière.

Je remercie Murriel Binda de son partage.

Posté par saint_omer 8ri à 14:14 - Permalien [#]

14 mars 2019

Soldat Alfred Bée 8e RI

Soldat Alfred Bée 8e RI

Alfred Bée est né à Auchel.

De la classe  1917, il est incorporé au 8e RI le 6 septembre 1917 et rejoint le front le 19 juin 1918.

Il prend part à l’offensive sur l’Ourcq en juillet à la Ferté Milon puis à Maubry et Ressons où beaucoup de ses camarades tombent.

On déplore 148 tués, 26 disparus et 679 blessés parmi la troupe.

Bee Alfred b copie

Il est ensuite sur l’Ailette en août dans la région de Pont St-Mard avec l’objectif de repousser l’ennemi qui bombarde en permanence.

Le régiment parvient à reprendre la ferme Malhôtel mais il y a 76 tués, 43 disparus et 382 blessés.

ferme malhotel

Après une période de repos, Alfred est dirigé vers l’Alsace dans un secteur calme avant de rejoindre la région de Nancy et y apprend l’armistice.

En janvier 1919, il est muté au 100e RI.

Merci à Patrick Durand sans lequel cette page n’aurait pas pu être écrite à la mémoire de son grand-père maternel.

Posté par saint_omer 8ri à 12:00 - - Permalien [#]
11 mars 2019

Soldat Georges Péroni 8e RI

Soldat Georges Péroni 8e RI

Natif de la Loire et de la classe 1916, Georges Pérony est incorporé au 110e RI en avril 1915.

Le 30 novembre, il est affecté au 8e RI qu’il rejoint dans le secteur de Berry au Bac dans l’Aisne.

Après une période d’instruction, il est dirigé vers le front de la Meuse à Verdun !

Arrivé le 25 février, il est en 1ère ligne sur les pentes très raides de la ferme d’Haudromont qu’il faut reprendre sous un bombardement permanent et plusieurs contre-attaques, nuit et jour, sans aucun répi.

 

haudromont c

 

Après 4 jours de combat, il revient vers les casernes Marceau à Verdun avant de remonter en ligne vers le fort de Souville sous la neige et le bombardement.

Georges s’en sort sans aucune blessure et quitte la région le 7 mars.

Après un repos bien mérité, il est dirigé vers le front de l’Aisne dans le secteur de Paissy.

Le 22 mai, il passe au 123e RI puis au 50e RI le 4 octobre 1917.

 

georges perony b

 

Ses excellents états de service lui permettent d’être nommé sergent.

Le 28 août 1918, Georges est très gravement blessé sur le canal du Nord.

Grand mutilé de guerre, il est amputé de la jambe gauche et de l’avant-bras gauche.

Avec 3 citations, la médaille militaire, il est chevalier de la légion d’honneur en 1922 puis officier de la légion d’honneur 10 ans plus tard…

Merci à Mme Claude Robert de m’avoir permis d’honorer son grand oncle.

Posté par saint_omer 8ri à 11:17 - - Permalien [#]
21 janvier 2019

Léon Bracq officier d'administration - 7e RIT

Léon Bracq officier d'administration - 7e RIT

De la classe 1895 et natif de St-Folquin, Léon Bracq a été officier d'administration de 3e classe et a vécu à St-Martin au Laert.

Je recherche un portrait de cet officier, merci de me contacter.

Posté par saint_omer 8ri à 18:54 - - Permalien [#]
15 janvier 2019

Capitaine Roger Vinchon 208e RI

Capitaine Roger Vinchon 208e RI

Je recherche un portrait de ce capitaine au parcours exceptionnel durant la Grande Guerre.

Merci d'avance.

Posté par saint_omer 8ri à 13:56 - - Permalien [#]

Lieutenant-colonel Ernest Joly 208e RI

Lieutenant-colonel Ernest Joly 208e RI

Je recherche un portrait du colonel Joly chef du 208e RI d'octobre 1916 au 27 février 1919.

Merci de votre aide.

Posté par saint_omer 8ri à 13:53 - - Permalien [#]
03 janvier 2019

Sergent Paul Bougibaut 8e RI

Sergent Paul Bougibaut 8e RI

Natif de Seine et Oise et de la classe 1913, Paul Bougibaut a été blessé aux Eparges en avril 1915 puis à Verdun en février 1916.

Dans les années 30, il était domicilié à Lille.

Je recherche un portrait de ce Poilu, merci.

Posté par saint_omer 8ri à 08:30 - - Permalien [#]
01 janvier 2019

Caporal Robert Logier 8e RI

Caporal Robert Logier 8e RI

 

De la classe 1915, Robert Logier quitte son village de Guines le 12 décembre 1914 pour être incorporé au 43e régiment d’infanterie de Lille.

Il est alors étudiant.

Nommé 1ère classe puis caporal, il rejoint la 7e compagnie du 8e régiment d’infanterie le 20 mai 1915 dans la région de Pontavert et du bois de la Mine.

Logier c

Il prend part à l’attaque du 7 juin et se heurte à un réseau de fils de fer électrifié rendant la progression très lente…

Durant la période du 30 juin au 7 août, il est à l’intérieur puis revient dans le secteur de Berry au Bac/le Choléra ainsi que dans celui de la Miette.

Il s’agit en fait d’une zone s’étendant non loin de Craonne jusqu’à Berry au Bac.

Il quitte cette zone à la mi-novembre pour Roucy à quelques kms plus au sud.

Nous sommes en 1916, l’année de la grande bataille de Verdun !

Après une période d’instruction, le régiment est dirigé vers Verdun avec pour mission de s’emparer de la ferme d’Haudromont.

Dans la nuit du 26 au 27 février, Robert fait partie de ceux qui escaladent la pente sévère en direction de la ferme.

 

haudromont c

Attaque nuit du 26 au 27 février.

Sous un fort bombardement, les compagnies tiennent le lieu malgré des pertes sévères.

En effet, en quelques jours, on dénombre 168 tués, 80 disparus et plus de 570 blessés !

Dans son carnet, l’abbé Paul Dubrulle indique que dans la soirée du 26 février, l’anxiété était grande…

"Pour nous, modestes troupiers, nous étions dans une ignorance complète de la situation réelle et nous avons passé la journée dans une sorte d’indifférence et même dans une certaine tranquillité…

Amenés à la pointe du jour dans un bois situé sur le flanc du vallon, nous formions la réserve des troupes qui luttaient ce jour-là.

Nous n’avions donc en attendant le moment d’intervenir qu’à contempler le spectacle… bientôt leurs marmites arrivaient drues…

Nous entendions le sifflement avertisseur lent d’abord puis s’accélérant rapidement… nous apercevions soudain un gros nuage noir puis longtemps après une secousse formidable."

haudromont photo

Abris à Haudromont.

En avril, le 8e rejoint Paissy sur le Chemin des Dames.

Robert participe à un coup de main sous les ordres du sous-lieutenant Edgard Lecomte et s’en tire sans blessure.

Lors de la bataille de la Somme, il est blessé par éclats d’obus le 15 septembre 1916 et évacué par les brancardiers de sa compagnie dans laquelle figure Paul Montois qu’il connaît bien et qui sera tué l’année suivante.

 

priez

 

Guéri le 15 février 1917, il rentre au dépôt de Bergerac qu’il quitte pour rejoindre le front des Flandres belges à Mangelaere le 19 octobre.

En avril 1918, il est muté au 1er régiment d’infanterie de Cambrai, nommé sergent puis aspirant suite à ses excellents états de service.

Le 11 novembre, l’armistice est signé, il part en occupation et est nommé sous-lieutenant en juin 1919.

Démobilisé en août, il effectue plusieurs périodes en tant que lieutenant puis capitaine jusqu’en 1939.

Robert était membre de l’amicale du 8e RI et se plaisait à revoir les anciens lors de ces réunions.

Il est décédé dans sa 100e année après une vie bien remplie.

Merci à Colette, sa fille, qui m’a permis d’écrire et d’illustrer cette page.

 

 

 

 

Posté par saint_omer 8ri à 08:00 - - Permalien [#]
31 décembre 2018

Voeux 2019

voeux 2019 8

Posté par saint_omer 8ri à 11:01 - Permalien [#]
25 décembre 2018

Sergent Justin Raffanel 208e RI

Sergent Justin Raffanel 208e RI

 

Cultivateur à Tanus dans le Tarn, Justin est incorporé au 96e RI de Béziers le 20 décembre 1914.

Passé au 32e RI de Tours, il participe à toutes les opérations du régiment.

Raffanel Justin

Le 30 mai 1917, il est muté au 6e bataillon du 208e RI en tant qu’agent de liaison et se fait remarquer dans le secteur d’Hetsas en Belgique où il est cité à l’ordre du régiment en ces termes :

« Soldat très courageux, toujours volontaire pour les missions difficiles, a fait partie d’une reconnaissance en avant des lignes le 12 août 1917. Pendant la période des 16 et 17 août, a assuré d’une façon parfaite et dans des conditions très difficiles son service d’agent de liaison ».

Que se passe-t-il durant ces deux jours ?

Le 208e enlève le fortin de Mondovi puis la ferme des Lilas, cette attaque lui permet d’être cité à l’ordre de l’armée.

carte

Source SHD 26N680

Justin, ayant d’excellents états de service, est nommé caporal à West-Cappel avant de repartir au front dans le secteur de Mangelaere qu’il quitte enfin en décembre pour Senlis.

Dans la région de Verberie (Oise) en janvier puis à Soissons et en forêt de Laigues près de Compiègne, il arrive dans la région de Beauvais en mai pour instruction.

Revenu près de Rethondes, Justin arrive à Laversine le 31 mai 1818.

Le 3 juin, plusieurs attaques ont lieu entre Mosloy et St-Quentin, le régiment est en 1ère ligne sous un bombardement très fréquent.

Nommé sergent le 21 juin, il prend part à l’attaque du plateau du Sépulcre près de Passy en Valois qui est pris et occupé.

Le 19 juillet, Neuilly St-Front est prise avant un séjour de repos.

Le 19 août, une nouvelle offensive se prépare, le lendemain, le bataillon de Justin est mis à la disposition du 110e RI ; le front s’étend de la creute Kakadu, l’arbre de Vassens, Balise, tranchée de Tilsitt, SO de la tranchée de Marburg).

Le 22 août, le 208e est passé devant, voici la progression :

10h30 : la ferme Bonnemaison est défendue par des mitrailleuses.

Le 4e bataillon du 208e est bloqué à l'est de la ferme Bonnemaison, son commandant est tué.

10h45 : le 1er bataillon du 110e RI est derrière le 208e qui est sur la route vers Crécy au Mont. Le 208e progresse vers l'ouest.

11h10 : le 208e marche vers la ferme Bonnemaison.

13h00 : résistance ennemie à la tranchée de Carthage.

17h00 : le 6e bataillon atteint la tranchée de Carthage au point 7192.

Mais durant ces évènements, Justin est manquant, tué devant la ferme Bonnemaison ou devant la tranchée de Carthage…

Pont c

Source 26N680

Mes remerciements s’adressent à Michelle et Gérard descendants de Justin.

 

 

 

Posté par saint_omer 8ri à 12:00 - - Permalien [#]