Avril 1915 au 208e RI.

En ligne au bois de la Mine, c’est le 30 mars qu’une mine française explose en faisant disparaître un poste d’écoute ennemi. Peu après, les tirs de l’artillerie provoquent des cris dans le bois…

Le 31 mars, le 5e bataillon du 273e relève le 6e du 208e au mont Doyen. Celui-ci part cantonner à Roucy.

Le 2 avril, les allemands tentent de placer des créneaux sur le bord de l’entonnoir mais les tireurs veillent et ils abandonnent.

Le 3 avril, les tirs sont vifs en direction de la Ville aux Bois puis le calme revient.

Le 5 avril, le 6e bataillon remplace le 5e et durant les jours suivants, le calme est relatif.

Le 10 avril, le 5e bataillon relève le 5e du 273e au mont Doyen qui part au repos à Roucy.

C’est le 12 avril qu’un bataillon du 39e RI remplace le 6e bataillon du 208e qui part en cantonnement à Brauscourt.

Le lendemain, c’est le 5e bataillon et la compagnie de mitrailleuses qui sont relevés par un autre bataillon du 39e RI.

Le 14 avril, le régiment est passé en revue puis le 5e bataillon, la compagnie de mitrailleuses et la compagnie hors-rang (CHR) sont emmenés en autobus vers Chigny aux Roses. Tandis que le 6e est dirigé vers Montbré.

Le capitaine Brussaux, chef de la 17e compagnie, quitte le régiment après son affectation à l’état-major du 9e corps d’armée (9e CA).

Le 17 avril, le régiment quitte les cantonnements, le 5e bataillon et l’état-major  sont dirigés vers Villers-Allerand tandis que le 6e l’est vers Sermiers où ils arrivent le lendemain.

Les jours suivants, les bataillons exécutent des marches et des exercices et le 21, l’ordre arrive d’occuper les tranchées au nord de Sillery.

Le régiment se rassemble le soir à Villers-Allerand sur la route de Rilly puis se dirige vers Chigny les Roses, Ludes, Puisieux et Sillery ou il arrive durant la nuit.

Les 17e, 18e, 19e et 20e compagnies sont en première ligne tandis que les 22e et 23e compagnies sont en 2e ligne à proximité du canal. Les 21e et 24e compagnies, l’état-major et la CHR cantonnent à Sillery.

Le 22 avril, Sillery est bombardé.

Le 25 avril, le 6e bataillon est relevé par le 6e bataillon du 273e et occupe les tranchées le long du canal et Sillery.

Les jours suivants sont relativement calmes hormis quelques tirs de l’artillerie ennemie.

Le 29 avril, le 6e bataillon du 208e relève le 5e en première ligne qui lui, relève le 6e du 273e !

Au cours de ces derniers jours, plusieurs soldats sont tués d’une balle à la tête alors qu’ils se trouvaient en observation derrière leur créneau…. Dont les soldats Quenette et Bouillet.

Durant la nuit du 30 avril au 1er mai, les tranchées de 1ère ligne subissent les tirs d’artillerie, durant des tirs, le soldat Choquet est tué.


b_1_5